Partir alors qu’il fait encore nuit

Par mardi, janvier 6, 2015 8 Permalink 0

imagePartir alors qu’il fait encore nuit. Tenter un bisou. Essuyer un refus. Ne pas se vexer. Mais se vexer un peu. Même si c’est le jeu après 2 semaines passées ensemble. Si moi aussi j’avais deux ans, je ferai la gueule à tout le monde. Mais hier il était prévu de sourire. De dire 50 fois « bonne année » et « meilleurs vœux » et embrasser des gens dont je me fiche bien de savoir s’ils ont passé de bonnes fêtes ou non. Mais je demande quand même. Plus par souci de passer inaperçue que par politesse.

Allumer l’ordinateur. Lire mes 150 mails. Certains ont la gentillesse de dire « meilleurs vœux » avant de demander, exiger, ordonner. C’est fou comme des personnalités autoritaires ont pu fleurir paisiblement grâce à l’usage disproportionné du mail. « Urgent » écrit en majuscules dans l’objet, histoire de mettre le destinataire dans de bonnes dispositions. Petites missives à retardement que je découvre une par une, que je classe, que j’organise en petits sous dossiers de sous dossiers, pour le jour où j’aurais décidé d’y répondre.

Les potins à la machine à café. Les « et toi t’as été gâtée ? ». Le cappuccino soluble qui contient une poudre dont je préfère tout ignorer. On dresse des listes de nourriture à n’en plus finir, on revit le goût de la bûche, les cadeaux ratés, les rendez-vous manqués. Les yeux sont minuscules, fatigués. L’esprit est encore loin, il n’a pas réalisé.

Prendre un stylo et écrire la date du jour dans le cahier de choses à faire. Voir des choses entourées, destinées au futur moi qui revient de vacances. Quand je suis partie je me disais que je ferai ci et ça en rentrant. Mon futur moi qui est aujourd’hui le moi présent, en veut un peu à ce moi passé qui a stabyloté et surligné agressivement tant de choses ennuyeuses à faire rapidement.

Alors je ne fais rien. Je lui adresse une pensée silencieuse mais non moins appuyée : « sérieusement tu croyais vraiment que j’allais rattraper tout ton retard à la première heure, le lundi matin 5 janvier ? ». Je regarde les secondes s’écouler. Je commande japonais et je mange en discutant. J’aime les pauses quand elles viennent jalonner une journée chargée. Un peu moins quand c’est l’inverse, car je culpabilise. Un peu. Je remets les factures à demain, pour un moi plus motivé, je l’espère. Je lui adresse une sympathique pensée : « courage, demain tu vas te bouger ».

Je tapote sur mon clavier, je checke mille fois mes mails, je me dis que je devrais appeler mon assurance, mon opérateur téléphonique, résilier mon compte chez l’esthéticienne, réserver des billets de train, prendre rendez-vous chez…

Mais je ne fais rien. Je suis paralysée, anesthésiée. J’espère que tous ces vœux mentent. Que cette année ne va pas s’écouler. Que le temps va rester figé. Que tout ce bonheur qu’on me souhaite, qu’on détaille pour moi comme si c’était ma liste au Père Noël « et la santé et l’argent et l’amour… » ne me fasse pas un souffle au cœur à chaque fois que je le reçois. Je ne veux rien espérer, rien demander. Alors je pratique un nouveau type de farniente, la procrastination déguisée. Je fais semblant d’être affairée, je prends un dossier vide et une bouche pincée et marche rapidement jusqu’à la photocopieuse, je nettoie mes lunettes 10 fois et je bois 10 fois trop de café.

Et j’attends, en regardant de temps en temps, en bas à droite de l’écran. Les chiffres qui défilent et qui vont me donner bientôt le permis de partir.

Je déteste vraiment la rentrée.

Rendez-vous sur Hellocoton !
8 Comments
  • Cécile
    janvier 6, 2015

    Décidement, je ne peux plus me taire.
    Lire ces textes, les trouver si justes et si bien écrits, le penser très fort, guetter les suivants mais ne jamais l’écrire, que oui, que c’est bon de vous lire!
    Il faut en faire quelque chose de plus beau encore de ce talent pour l’écriture !

    C’est tout…alors au revoir et… merci!

    • My Chuchotis
      janvier 8, 2015

      Merci. Tes mots me touchent!

  • Lexie
    janvier 6, 2015

    🙂 Je te souhaite plein de courage

    • My Chuchotis
      janvier 8, 2015

      Merci 🙂 bonne année à toi

  • GASP
    janvier 6, 2015

    J’adore. Les mots justes comme d’habitude.
    Je suis exactement dans le même état d’esprit !
    Courage, un jour après l’autre, c’est mon leitmotiv du moment 😉

    • My Chuchotis
      janvier 8, 2015

      Je réponds en retard, et du coup aujourd’hui c’est d’une autre forme de courage dont nous aurions besoin…

  • Laura Laetitia
    février 13, 2015

    De plus en plus, j’adore ce que je lis !
    J’ai peur de ne pas retrouver ton blog après la pause café (il est 9:19, je patiente donc 11 minute encore, et non, je ne glande pas, j’étudie ton blog).

    J’aime ta façon d’écrire, tes billets d’humeur, ce que tu dis, qui me va me plait me ressemble parfois (pas toujours, faut pas pousser).

    Et, comme la procrasti’ (non, c’est trop long à écrire), comme la pro’ que je suis donc, tout le monde crois que je m’affère sur des grands tableaux excel, alors que je te lis.

    Chut, c’est u n secret.

    • My Chuchotis
      février 24, 2015

      Merci! Je suis contente que tu t’y retrouves! 😉

Répondre à My Chuchotis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *