Douceur

Par samedi, août 1, 2015 0 No tags Permalink 0

Qui aurait cru que je puisse dire ça de la ville où je vis.

Qui aurait cru que je puisse dire ça de la vie tout court.

Ce n’est pas mon état d’esprit permanent. Loin de là.

Mais il existe des moments de douceur, de lâcher-prise, de contemplation.

J’essaie de les provoquer, je m’efforce de m’y concentrer.

Mais ils ne viennent pas comme ça.

Ils attendent le détour d’une conversation.

La fraîcheur d’un matin après des semaines caniculaires.

Un petit café, pas celui commandé, pas celui que j’aime.

Et pourtant.

Parfois le charme de la vie réside dans ces petits moments. Les imprévus, ceux qu’on ne peut programmer.

Cette vie étrange, qui marche sur la tête, qui n’a pas de sens, pas de logique.

Qui parfois offre quelque chose qui ressemble à de la douceur.

Je ne peux pas dire bonheur. Je ne veux pas.

Parfois je vois des sourires figés, des photos avec retardateur.

Ce n’est pas ça.

Non c’est plus subtil, moins parfait, moins photogénique.

C’est juste les pieds dans l’eau et le vent dans les cheveux.

Marseille est douce. Beaucoup plus qu’on ne le croit.

Elle n’est pas la vitre brisée de ma voiture. Elle n’est pas le bruit en bas de mes fenêtres. Elle n’est pas les embouteillages.

Elle est ce petit café du matin au Vallon des Auffes.

Elle est un mélange déséquilibré, comme le fil de mes pensées.

Celui que j’essaie d’enrayer, de contrôler. Savant dosage de noirceur et de douceur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *