Eté

Par jeudi, juillet 23, 2015 14 No tags Permalink 0

DSC_1836 copieDepuis le début de l’été je suis la tête sous l’eau. J’ai perdu un être cher, euphémisme pudique pour nommer cette personne indispensable à ma vie. Et je n’ai pas envie de l’écrire car alors cette absurdité deviendrait vraie. Je n’en parlerai pas plus, surtout car je ne souhaite pas le faire ici.

Parfois pourtant je vous touchais un mot ici, un peu  ou encore , car il me paraissait absurde de parler de livres, de la préparation de mon concours, du déménagement, de jolis moments, en taisant mon angoisse depuis un an et demi. J’avais en retour des mots et des messages de certains d’entre vous, qui accompagnaient ou avaient accompagné des proches dans la maladie et me témoignaient du réconfort. Lire des mots qui résonnent. Témoigner et partager son vécu.

Je vous avais déjà dit, au cours d’un autre deuil lorsque j’étais plus jeune, avoir participé à un projet de documentaire regroupant des témoignages d’enfants endeuillés pour accompagner d’autres frères et sœurs dans cette épreuve au sein des hôpitaux. Il s’agissait de mettre des mots sur ce drame, mots qui pourraient en aider d’autres dans cette situation. Je crois que parfois le blog sert aussi un peu à ça. Mais pas que.

J’ai une limite personnelle entre le témoignage et l’impudique. Je pense que nous avons chacun notre échelle d’intime et de pudeur et sans doute que mon blog serait déjà pour beaucoup, impossible à tenir. Mais pour moi il est une nécessité, dans cette idée de partage. Parfois certains me disent que mes mots les aident, ce qui me semble fou alors que pourtant leurs messages m’aident aussi.

Aujourd’hui cette échelle intime m’empêche de vous dire tous ces mots qui se bousculent si nombreux dans ma gorge. Mais elle m’empêche aussi de faire comme si de rien n’était et de vous écrire un article extasié sur les jolies plages du Sud ou les petits plats bios de l’été.

J’ai mon lot de sentiments compliqués à gérer et des tonnes de choses à exprimer, mais qui ne sortiront pas ici, dans ce cadre-là. Ils sont partagés avec l’homme de la maison, mes amis proches et ma famille. Peut-être un jour prendront-il une forme écrite, pas ici, plutôt sous forme de journal intime ou pourquoi pas ce projet d’écriture qui remplit mes carnets de notes depuis des mois et me permettrait de ne plus me poser la question de la pudeur, puisqu’il s’agirait d’une fiction. Vous le savez, pour moi l’écriture est thérapeutique.

Je songe aussi a bricoler un livre pour mon fils, avec mes crayons de couleurs et mes feutres pour lui expliquer que je suis triste et à quel point c’est normal que cette personne lui manque aussi. Car je n’ai toujours pas trouvé les mots pour lui et même si je lui parle beaucoup, ces mots maladroits, ces mots de grands, hermétiques, ne me satisfont pas, comme d’habitude.

En ce moment je lis Le Goût des Pépins de Pomme de Katharina Hagena. C’est un beau livre, difficile à lire car très descriptif et sans doute car il est traduit de l’allemand. Je l’avais commencé il y a très longtemps, puis abandonné. J’ai eu envie de le relire en le retrouvant dans la biblitohèque de mes parents. Il s’agit ici aussi d’une histoire de deuil, moins révoltante car elle concerne la grand-mère du personnage à un âge que je qualifierai d’honorable, mais qui apporte malgré tout son lot de remise en question : les émotions sont palpables, ce deuil en cache deux autres, plus sombres, moins résolus, moins acceptables et on suit son cheminement à travers celui de la maison de campagne qu’elle prend plaisir à redécouvrir.

Moi aussi petite, j’avais une maison de campagne familiale, que j’adorais. Dans mon cas aussi elle n’existe plus, les gens qui s’affairent, l’odeur de la cheminée, les buissons de groseilles et les rires n’y sont plus, en tout cas plus les nôtres puisqu’elle a été vendue. Et surtout, certains des personnages principaux ne sont plus là. Je ne sais pas si ce livre m’aide, en tout cas il me demande suffisamment d’effort à lire pour monopoliser toute ma concentration.

Je vous souhaite un bel été, de belles vacances, pour ceux qui en ont la possibilité.

Rendez-vous sur Hellocoton !
14 Comments
  • Julie Cocotines
    juillet 23, 2015

    Tes mots sont beaux, tellement que je ne sais quoi te dire, quoi te répondre qui pourrait apaiser ta peine, ou simplement la soulager l’espace d’un instant. Tes mots sont beaux et j’espère qu’ils t’aident, qu’ils te permettent d’avancer et de prendre un chemin ensoleillé ! Saches que tu écris merveilleusement bien, alors ne t’arrête pas, ici sur ton blog ou ailleurs dans un carnet, ne t’arrête pas d’écrire, de mettre tes mots sur des lignes noires pour te souvenir et aussi pour continuer !
    Je t’embrasse tendrement, Julie

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

  • Lexie
    juillet 23, 2015

    Je t’envoie tout mon soutien et ma tendresse S. J’ai lu le goût des pépins de pommes, curieusement ce n’est pas le décès de la grand-mère que j’ai gardé en tête mais celui de la cousine, je crois, dans l’adolescence. J’ai beaucoup aimé ce livre, la richesse des détails, l’ambiance, et la narratrice.

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

  • Chiloé
    juillet 23, 2015

    Tes mots me rappellent à des souvenirs pas très heureux, et je comprends ce ressenti envahissant, à s’y perdre entre toute la colère et la tristesse.
    Mais un jour la tristesse et la colère partiront pour laisser la place à une douce nostalgie.

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

  • malise
    juillet 23, 2015

    Ne te voyant pas ici et là ces derniers temps, je me disais, j’espérais, que tu profitais de l’été, de ton nouveau chez-toi et de ton petit bonhomme. Je me suis demandée aussi comment les choses évoluaient, et voilà que j’apprends cette très triste nouvelle. Sincères condoléances, douce Solène. Je suis de tout coeur avec toi. Je sais que les mots ne servent à rien dans ses moments-là, mais sachent que mes pensées t’accompagnent, des pensées chargées de réconfort et de promesses de jours meilleurs. Je t’embrasse, prends soin de toi.

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

  • Miss MLL
    juillet 23, 2015

    Contente de te lire, tu m’as manqué.

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

  • Lolli
    juillet 23, 2015

    Je suis désolée pour toi 🙁 Milles free hugs virtuels <3

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

  • Marie
    juillet 24, 2015

    Solène, malheureusement ton silence était parlant, plus que des mots…j’espérais aussi la pause estivale et je suis désolé que soit bien plus que cela, une épreuve hors du temps, sans saisons, sans repères… Je suis heureuse de te lire, tu as raison,continue car c’est une bonne thérapie mais surtout parce que tu es douée. Toutes mes pensées t’accompagnent jolie Solène.
    Marie

    • My Chuchotis
      août 21, 2015

      <3

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *