Il y aurait tout

Par lundi, février 22, 2016 10 , , Permalink 0

Il m’a embrassée pour me dire au revoir, comme on caresse un chien dans la rue, avec une affection distanciée et lointaine, plus par réflexe que réelle envie.

Il était déjà loin, moi j’avais les deux pieds dedans et le coeur par terre, l’instinct me disant que ce prénom en haut de ses mails – ceux que j’avais pris le soin de lire intégralement dans son dos, me jurant de ne jamais l’avouer à personne, puis finalement le lui balançant dans la minute pour voir son regard soutenir le mien sans honte ni regret – ce prénom donc, trop proche du sien pour ne pas m’alerter, avait de grandes chances d’être celui de celle qui allait devenir la prochaine. Je ne savais pas à ce moment-là que tout irait bien. Je ne croyais pas au destin, comme je n’y crois toujours pas aujourd’hui.

Mais je crois maintenant au hasard des rencontres et au fait qu’il faut être disponible pour pouvoir se laisser emporter. Je ne savais pas qu’il y aurait un après. Je me souviens avoir dit un truc du style « je vais avoir 23 ans et tu as gâché ma vie ». Je ne savais pas qu’il m’avait offert la plus belle porte de sortie, celle de l’abandonnée qui peut dire que le connard c’est l’autre, lui laissant le soin d’assumer seul la fin d’une histoire qui avait pourtant depuis le départ une date de péremption fixée à notre entrée dans l’âge adulte. Je ne savais pas non plus que, justement, j’allais rencontrer le père de mon fils pile le soir où je les fêterai, ces fameux 23 ans, que ma vie gâchée deviendrait alors l’introduction d’une autre histoire, que j’oublierai avoir prétendu à ceux qui voulaient bien l’entendre que je voulais être seule à présent, pour à nouveau ouvrir les bras, peut-être un peu plus grand cette fois. Je n’avais pas encore compris le principe de rupture qui fait tomber bien bas pour remonter un cran plus haut.

Je me suis rarement demandée ce qu’il était devenu. Je crois que lorsqu’une personne clame haut et fort ce qu’elle veut depuis autant d’années, il y a peu de chances qu’elle passe à côté. J’imaginais donc très bien ce qu’il se plaisait à décrire, un joli portrait de famille, au sein duquel il n’y avait pas mon visage et qui par conséquent n’avait plus d’intérêt à mes yeux. J’ai été curieuse au début, puis moins peu à peu, puis finalement plus du tout. Le temps fait son oeuvre et lisse les souvenirs, il ne reste que les photos, les sourires forcés, on oublie les anecdotes qu’on ne partage plus, on ne sait plus vraiment si on a vu ce film ou été à cette soirée ensemble. On oublie les surnoms, les chansons, le parfum.

C’est étrange de faire le deuil d’une personne qu’on connaît par coeur et qui a été présente pendant autant d’années, ne plus la voir, ne plus l’entendre, ne plus rire, ne plus se confier… alors même que cette personne est encore vivante. C’est bizarre de se dire que les vies deviennent étanches et strictement parallèles, alors même qu’elles n’ont eu de cesse de se rencontrer, se séparer et se rencontrer à nouveau.

Je ne sais pas ce que c’est de regretter une relation passée, de l’idéaliser, je n’ai pas eu le temps pour ça, la suite est arrivée vite. Quand j’ai eu le temps de me retourner pour y penser, j’ai sans doute été assez lucide sur nos failles adolescentes pour pouvoir dire sans feindre que tout était pour le mieux.

Ca me rend toujours un peu triste, dans mon entourage, parmi mes proches, d’observer ces couples qui sont tout l’un pour l’autre et qui du jour au lendemain ne se donnent plus aucune nouvelles. Ca me fait toujours un petit pincement au coeur, je sais à quel point il y a du vide derrière ces absences, à quel point c’est étrange de vivre à deux puis de faire comme si on ne se connaissait plus. J’ai l’impression qu’on joue des rôles, ceux des gens séparés qui ne peuvent plus se voir, ne se parlent plus. Je suis toujours admirative de ceux qui arrivent à rester amis, à continuer à maintenir une complicité. Peut-être se sont-ils aimés plus fort ou qu’ils ont préféré l’amitié à la fierté.

Je sais aujourd’hui qu’aucune rupture ne pourra me laisser sans nouvelles, la vie s’étant chargée de nous lier d’une façon ou d’une autre, d’un anneau, d’une naissance et d’une multitudes de petites choses difficilement définissables, en cela qu’elles changent tout sans que l’on ne s’en rende compte sur l’instant. Ces choses qui font que jamais nous ne pourront être à nouveau étrangers l’un de l’autre. Certains parlent d’homme de leur vie, de grand amour. Mais je crois que c’est en cela que l’on peut reconnaître une vraie histoire. A ce qu’elle peut laisser derrière elle, une fois qu’elle se termine. Parfois il n’y a plus rien, comme à l’aube de mes 23 ans.

Parfois il y aurait tout, comme aujourd’hui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 Comments
  • florence monneron
    février 22, 2016

    quel texte magnifique plein d’émotion.bravo, c’est beau
    Je suis jalouse de cette façon d’écrire.

    • My Chuchotis
      mars 1, 2016

      merci beaucoup :-)

  • Julie P
    février 23, 2016

    Ton article m’a beaucoup touché, je me suis sentie très concernée. J’ai vécu une rupture il y a quelque mois avec mon premier amour,celui avec qui j’ai été pendant presque 5 ans… je comprends parfaitement ce que tu décris.
    Et surtout que demain.. j’ai 23 ans! j’aimerais bien rencontré le père de mes enfants demain haha.

    Bonne journée, merci pour cet article :)

    • My Chuchotis
      mars 1, 2016

      Merci, je suis contente que tu aies pu te reconnaître dans ce texte… Profite bien de cette 23ème année :-)

  • Soavero
    février 23, 2016

    Quel beau texte tu nous fais là !!! Plein de refléxions, de pensées et de sentiments… Ça m’a donné quelque frisson !
    Mon tout à moi, c’est mon homme d’aujourd’hui, celui de mes 19 ans. Celui avec lequel j’habiterai l’année prochaine et qui me promet mont et merveilles et avec qui j’ai le curieux pressentiment d’un avenir commun. J’ai peut être rencontré le père de mes enfants 😉
    Gros bisous et merci pour se moment de lecture agréable !

    • My Chuchotis
      mars 1, 2016

      merci :-)
      Qui sait ? ca m’a l’air très bien parti en tout cas ! Bisous

  • Alinette
    février 26, 2016

    Très beau texte, très belle histoire, très touchant!

    • My Chuchotis
      mars 1, 2016

      Merci à toi pour ta lecture et ton commentaire :-)

  • J'ai écrit
    mars 12, 2016

    Je viens de découvrir ton blog grâce à cet article, et sa lecture m’a rempli de douceur comme la lecture de cet article. Peut-etre parce que je me retrouve dans cet article (surement même) <3

    • My Chuchotis
      mars 15, 2016

      Merci contente que cet article te plaise <3

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *