Je pars sans savoir où je vais

photo (9)Soudain il y avait urgence à ne plus stagner. J’ai signé sans respirer et puis j’ai soufflé.

Un grand coup.

Ca y est je quitte mon travail.

4 ans que je fais le même trajet. Que je m’assois sur ce fauteuil. Que j’allume cet ordinateur. Que je partage un café à cette machine. Dans 3 semaines je ne referai plus jamais ces mêmes gestes. Cet univers ne me sera plus jamais familier.

Les liens que j’ai tissés durant ces 4 années n’existeront plus jamais sous cette forme quotidienne. Ils seront présents mais différents, sûrement. Ce secteur que j’ai mis du temps à apprivoiser, ce poste que je ne suis pas sûre d’avoir vraiment aimé, sans l’avoir non plus détesté. Tous les noms, les adresses mails ou les employés de chaque société, petits détails retenus sans le vouloir et qui ne me serviront plus jamais à rien.

Mon placard qui déborde de thé, de livres, de bocaux en vrac. Mes tiroirs remplis de paperasse et que je vais devoir débarrasser.

Ce mur, face à moi, que je regarde sans le voir depuis 4 ans. Je ne le verrai plus jamais.

Je suis soulagée que la rupture se passe ainsi, sereinement. Soulagée de sauter dans le vide avant qu’il ne soit trop tard, que les années aient passé et que je me retourne sur un quotidien devenu monotone mais inchangeable.

Pour la suite, ce sera la surprise, celle qui fait lever les sourcils de mes responsables, celle qui questionne mes parents. Car je pars sans savoir où je vais. Me confronter à l’étourdissement de la nouveauté. Rompre avec une vie millimétrée, bien rangée. Comme lorsque j’étais étudiante et que je terminais un stage sans savoir où j’irai, où je serai, à la rentrée suivante. Ce sentiment de flou qui fait mal au ventre, mais juste un peu, juste assez pour sentir qu’on est vivant. Cet appétit de changement, propre à notre génération.

Faire ce choix. Seule.

Parfois ça fait du bien, de me dire que je fais encore des choix pour moi. J’y associe ma famille forcément, mais je le fais seule, parce que j’en ressens tout simplement le besoin. Certains ici m’ont dit qu’ils ne quitteraient pas un CDI avec un enfant. Je pense au contraire que mon fils ne mérite pas d’être l’alibi de plomb de sa maman.

La cerise sur le gâteau, celle que je m’octroie avant qu’il ne soit trop tard, avant que septembre et la rentrée n’arrivent : je vais garder mon fils pour les quatre mois à venir. Je n’avais pas pu le faire à sa naissance, quand le laisser huit heures par jour âgé d’à peine trois mois avait été un véritable déchirement. Alors je fais des plans sur la comète, je nous imagine et j’ai hâte.

J’ai hâte de recommencer ailleurs, de découvrir de nouveaux lieux, une nouvelle ville, un nouveau travail et je l’espère un nouvel appartement.

J’ai hâte du jour où reprendre le chemin du travail sera une histoire de passion, une histoire humaine, une histoire que j’aurais plaisir à écrire tous les jours.

La vie est trop courte pour réfléchir indéfiniment. Parfois il faut se jeter à l’eau. Sur le coup elle semble froide, on se demande en quoi c’est supposé être agréable. Puis on se met à nager, à bouger et le courant nous porte. Et la température de l’eau, qui n’a pourtant pas bougé, devient beaucoup plus douce.

Rien n’est enclenché. Ca va être long et sûrement compliqué pour tout recréer. Pour m’asseoir à nouveau face à un mur et me sentir chez moi. L’organisation n’est pas mon fort, j’agis souvent sur un coup de tête mais toujours dans une relative sagesse. Je ne suis pas de celles qui partent faire le tour du monde en solo ou qui vont élever des chèvres dans le Larzac du jour au lendemain. Mais à mon petit niveau, j’ai toujours aimé bousculer ma gentille routine.

C’est pour cela que j’ai besoin de temps. Je pars sans savoir où je vais. Mais j’y vais, avec cette relative incertitude que tout ira bien.

Crédit Photo : My Chuchotis

Rendez-vous sur Hellocoton !
17 Comments
  • Crevette d'ODouce
    février 24, 2015

    Et donc en attendant de te souhaiter plein de bonheur dans un nouveau travail (peut être nouvelle ville), je te souhaite plein de bon temps avec ton bonhomme.

    • My Chuchotis
      février 24, 2015

      Merci beaucoup 🙂 oui en attendant ce sera ça, et déjà ce sera bien 🙂

  • DE LOS SANTOS
    février 24, 2015

    Votre blog devrait être déclaré d’utilité publique!

    Encore une fois je me retrouve dans vos questionnements, et le simple fait de les savoir partagés me fait du bien.

    Sans compter que c’est toujours bien écrit.

    Bref, merci!

    • My Chuchotis
      février 24, 2015

      Merci! Ca me fait plaisir de savoir que je ne suis pas la seule à cogiter comme ça! 😉

  • Lexie
    février 24, 2015

    Je te souhaite le meilleur. Allez-vous déménager donc? Ton mari peut travailler de n’importe où?

    • My Chuchotis
      février 24, 2015

      Merci! Non pour l’instant ce changement ne concerne que moi. Pour le reste on verra au gré des opportunités… 🙂

  • Julie
    février 24, 2015

    Les larmes aux yeux, je réponds à cet article.
    J’ai pris une décision (passage à l’acte depuis un mois) aussi quasi similaire, moins radicale mais tout de même.
    Même questionnement, même consideration, même envie, même rêve…
    Il faut du temps, mais j’espère aussi trouver ce que je cherche professionnellement parlant!
    Merci pour cet article qui me fait du bien et m’émeut.

  • Lucky Sophie
    février 24, 2015

    Tu as raison la vie est trop courte ! Profite bien !!!

    • My Chuchotis
      février 26, 2015

      C’est très vrai! merci 🙂

  • Miss MLL
    février 25, 2015

    Je suis ravie pour toi.
    Tu es bien trop jeune pour subir un boulot qui ne te convient plus !
    J’avais fait pareil en 2008, cette fameuse démission en pleine crise économique…
    J’ai eu l’impression de sauter seule dans le grand bain sans voir le fond.
    Dans un brouhaha de « nooooon » qui rassemblait ma propre voix & celle de mes proches.
    Comme tu le dis si bien, pas besoin d’avoir un enfant pour justifier un choix perso.
    Juste une bonne dose de courage (et de peur qui vient avec !)
    Bonne chance pour ce nouvel horizon que tu viens de dégager.

    • My Chuchotis
      février 26, 2015

      Merci! Tu ma rassures avec ton parcours! 😉 Ca fait du bien de décider de temps en temps. On subit tellement de choses…que reprendre les rênes c’est cool 🙂

  • Lolopouet
    février 25, 2015

    Bravo pour ton saut dans le vide. Je crois que ces problèmes, ces remises en questions, sont des choses qui restent incompréhensibles pour plein de gens des anciennes générations (et même de la notre).
    Je te supporte à fond dans ce choix et j’attends encore un peu avant de faire le miens.

    • My Chuchotis
      février 26, 2015

      Merci! Oui parfois ce n’est même pas générationnel mais je pense que parfois il faut se lancer!

  • Kaphee
    mars 13, 2015

    J’ai démissionné de la fonction publique – dans l’incompréhension générale et encore plus particulière de celle de ma mère qui appartient à une génération où changer d’emploi plusieurs fois dans sa vie est un signe d’instabilité. J’ai changé de pays et d’orientation professionnelle cette année et quand j’ai eu des doutes sur le bienfondé de ma décision ou sur les difficultés qui allaient advenir de surmonter autant de changement (moi qui ne suis guère une aventurière pourtant) je me suis toujours accrochée à cette citation de Nicolas Fargues dans « j’étais derrière toi » page 113 : « je marche en me laissant envahir par une puissante sensation de liberté et de légèreté, purement organique. Je fais simplement l’effort de penser que la vie peut réserver parfois d’extraordinaires surprises qu’il ne faut pas chercher à comprendre et qui, au moment où tu y es le moins disposé, te redonne foi en la vie. Je me sens en sécurité, je me sens pris en charge par la vie, je pense que la vie m’aime et que j’ai de la chance. »

    • My Chuchotis
      mars 19, 2015

      J’aime beaucoup cette citation, ça me donne envie de lire ce livre !
      Bravo pour ta décision, on peut ne pas être aventurier mais reprendre les rênes de sa vie, faire ses choix, être décisionnaire…à quoi ça sert sinon?
      Mais oui il s’agit aussi d’une question générationelle

  • MamzelDree
    mars 13, 2015

    C’est une grande décision mais une bonne. C’est un choix et je trouve ça courageux !
    Profite bien de ces prochains mois avec les tiens, et puis comme on dit la vie est pleine de surprises… 🙂

    • My Chuchotis
      mars 19, 2015

      Merci ! C’est vrai c’est la surprise qui rend la vie si belle 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *