Le choix radical

IMG_7693-1024x680Je ne vais pas m’appesantir sur les détails. Je suis assez pudique sur ce qui s’approche trop près de ma vie privée et ici vous avez surtout mes pensées et très peu de faits.

Pourtant… je me sens obligée de parler de cela. Parce que je pense sincèrement que nous sommes nombreuses à être victimes de ce que j’appelle une injustice.

Au cours d’une discussion professionnelle, concernant mes souhaits de quitter la région et mon travail, on m’a dit que j’avais fait un choix radical en ayant un enfant à 26 ans après un an de CDI.

Voilà. C’était dit.

En rentrant le soir j’ai posé la question à l’homme de la maison. Lui qui a aussi aménagé ses horaires, comme moi en fonction de la nounou. Il commence plus tard et moi je finis plus tôt. Nous sommes totalement égaux à ce niveau-là. Je lui ai demandé si on lui avait un jour fait comprendre dans son travail, que faire un enfant avait été « un choix radical ». Bien évidemment la réponse est non. Il en a été en colère pour moi.

Alors bien sûr ce poste n’est plus en adéquation avec mes envies, je ne suis plus motivée. Mais il n’y a pas de hasard. Ce n’est pas anecdotique, cette petite phrase qu’on a mis 2 ans à m’avouer, attendant pour cela que je formalise mon envie de partir. Et ce n’est pas non plus un hasard que je veuille quitter cet endroit.

J’ai douté de moi hier. Je me suis dit que j’étais devenue cette personne qui fait un travail basique, sans âme, sans motivation, sans compétences et qui ne sort pas de son cadre. Et puis j’ai réfléchi. Si ce portrait m’avait blessée, c’est que je ne m’y retrouvais pas. Je suis quelqu’un de passionné. J’ai toujours plein de projets, je suis prête à m’investir dans plein de choses pour peu que ça en vaille la peine.

Alors souhaitez-moi que je trouve vite un poste prenant et motivant dans une association à Lyon ou que je réussisse mon concours de professeur des écoles. Ce sont des choses qui me tiennent à cœur. Et je suis prête à beaucoup de choses et d’investissement pour y parvenir.

Car mon fils mérite de ne pas être « le choix radical » de sa maman.

Rendez-vous sur Hellocoton !
28 Comments
  • malise
    décembre 5, 2014

    Tu sais, c’est le cas de la plupart des boîtes, et cela n’est pas une question d’âge. Dès que tu as un enfant, on estime que tu n’es plus dévouée à ton entreprise, et ce sans même te demander ton avis. J’ai vécu ce que tu vis en ce moment, j’ai eu droit aux réflexions parce que je tiquais quand les réunions étaient calées à 17h, je me suis toujours arrangée pour les nombreux déplacements, et pourtant je suis restée 6 ans sans augmentation, même avec des responsabilités supplémentaires. Tant que les mentalités ne changeront pas, rien ne bougera, et malheureusement ce n’est pas pour demain. Je te souhaite de tout coeur de réussir ton projet et de t’épanouir!!!!

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      C’est quand même fou… on a toujours l’impression que ça évolue et il y a toujours ce type de comportements comme piqûre de rappel… oui j’ai hâte d’évoluer ailleurs et de m’épanouir dans autre chose! ^^ tout se passe bien de ton côté dans les révisions? A ce que tu dis je vois que tu as bien fait de quitter ta boîte!

  • Céline
    décembre 5, 2014

    🙁
    Tu sais ce que j’en pense, le choix radical n’a pas été d’avoir un enfant mais pour eux d’avoir laissé passer quelqu’un qui aurait faire tellement plus pour la boîte et leurs projets. Tanpis pour eux mais quel « courage » de la part d’une mère d’oser dire que faire un enfant entrave aux projets professionnels…

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      C’est vrai que franchement il faut oser le formuler…je pense qu’elle se l’est permis car nous étions dans une discussion et qu’elle s’y est sentie autorisée… Alors que ça restait un entretien annuel. Toute la complexité de la distance à mettre ou non dans le travail

  • Tsilia
    décembre 5, 2014

    Comme c’est navrant qu’à notre époque, qu’encore maintenant, des femmes se prennent ce genre de réflexion.

    En effet, c’est le cas dans beaucoup d’entreprise. Peu importe l’âge de la femme, peu importe le lieu, la ville, la taille de l’entreprise. Mais ce n’est pas parce que c’est courant que c’est normal. Je trouve cela honteux. Et si tu avais le temps & le courage, tu pourrais en faire quelque chose devant la justice. Mais, tu seras alors cataloguée en tant que mère qui veut tout. La vie de famille et la vie professionnelle. Ben ouai, et tu as la droit. Tu le mérites.

    Le choix radical ne devrait pas exister. Tu as le droit d’avoir un enfant, et d’avoir un travail épanouissant.

    Ils devraient avoir honte. Et, à défaut de les traîner en justice, écrit leur une lettre bien cinglante, à la fin de ton contrat. Ça ne servira qu’à une seule chose : te faire du bien !

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      Je suis totalement d’accord avec toi, on ne devrait pas avoir à choisir. Et effectivement dans ce type de cas, quand il s’agit d’une discussion, on ne peut rien faire de légal…juste la déception de se dire que les mentalités n’ont vraiment pas évoluées

  • Sandra
    décembre 5, 2014

    Et bien c’est tout ce que je e souhaite!!! Une raison de plus pour changer d’air^^

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      merci! 🙂

  • MaPetitePageBlanche
    décembre 5, 2014

    Je me retrouve complètement dans la situation que tu vis.
    C’est proprement hallucinant d’entendre ce genre de propos de nos jours… !
    Courage et je souhaites que tous vos projets se concrétisent 😉

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      merci! Si tu t’y retrouves je te dis courage à toi aussi alors!

  • Justine
    décembre 7, 2014

    On vit dans un mode surprenant. J ai tout à fait le même sentiment pour mon boulot. Je suis enceinte de mon 2eme avec des débuts difficiles donc en arrêt et mon « chef » a quand même osé me demandé si cet enfant était voulu !!!!
    J’espère que tu arriveras au bout de tes projets.
    Justine

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      Non mais c’est n’importe quoi! Cette question a le don de m’agacer, quel que soit la personne qui la pose d’ailleurs! C’est fou qu’on soit encore aussi nombreuses à avoir ce genre de remarques! Bon courage à toi!

  • Julia
    décembre 7, 2014

    Aïe aïe aïe !!! On est en 2014 et on entend encore ce genre de choses… Moi qui suis mère au foyer j’en entends aussi dans un autre genre. Les gens sont limités d’esprit. Je te souhaite de rebondir et de t’épanouir ailleurs.

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      Merci! Oui j’imagine qu’en tant que mère au foyer on doit en entendre aussi des pas mal! Bon courage à toi et merci de tes encouragements!

  • Sophia
    décembre 8, 2014

    C’est honteux de parler à une femme comme ça. Le monde ne changera donc jamais.

    Je vous souhaite tout plein de bonheur à venir! Oui, si vous êtes passionnée, partez, sans regarder derrière. La vie parisienne a l’air rude alors si on ajoute un boulot qui ne vous fait plus vibrer!

    Concours passé l’an dernier, la première fois. Et concours obtenu. Je suis dans l’académie du nord. Je vous souhaite de l’avoir, c’est un métier passionnant même si les premières années nous mettent à rude épreuve.

    Bon courage! Faites votre route!
    Le radicalisme n’est pas dans votre choix, il est dans leur tête bien fermée et bien carrée de personnes auto-centrées qui ne regarde pas plus loin que les frontières de la France… voire de Paris.

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      C’est très vrai…merci!
      Super pour le concours! Ça me motive encore plus d’avoir ce retour d’expérience!

  • Crevette d'ODouce
    décembre 8, 2014

    Pfiouu, c’est une phrase dure à entendre. Je te souhaite de trouver rapidement un emploi que tu aimes dans une région qui te tient à cœur. Si c’est vers Lyon, tant mieux, peut être pourrons nous, nous y rencontrer un jour…

    • My Chuchotis
      décembre 9, 2014

      Oui c’est vrai! Merci! 🙂

  • Brault christine
    décembre 14, 2014

    Bonsoir,

    J’ai presque le double de votre âge, mais dans les années ’90, j’étais parisienne et salariée…
    Un jour, alors que j’avais 26 ou 27 ans, lors d’une réunion, ma supérieure hiérarchique me demande si je compte bientôt avoir des enfants, et sans me laisser répondre, m’assène:
    « enfant = chute de la ligne de profit! »
    Aujourd’hui, 3 enfants plus tard et ayant quitté Paris, je n’ai aucuns regrets!
    Je vous souhaite le meilleur.

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Voilà qui me parle! 😉 je pense que lorsque je repenserai à ce moment plus tard, je me dirai aussi que je n’ai aucun regret de chercher à partir et me réaliser ailleurs! 😉

  • Coralie
    décembre 14, 2014

    je suis consternée par ces propos. Je suis un peu plus vieille (45 et 2 enfants) et je pensais que ce genre de pensées n’étaient plus d’actualité. Cela dit, quoi qu’on fasse, mère au foyer ou mère qui bosse, la vie de maman est complexe… alors essayez de réaliser vos rêves, ne perdez pas de temps!

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Tout à fait d’accord. Il faut réaliser ses rêves avant tout, car parfois on aurait tendance à tout donner dans l’espoir d’une reconnaissance…alors que la vraie vie est ailleurs.

  • Alinette
    décembre 15, 2014

    A-bu-sé!
    Même contexte ici, en espérant que la réaction ne sera pas la même… 27 ans, 1ère grossesse, annoncée au moment d’une mobilité-interne-promotion…Sur le coup j’ai senti plutôt de la bienveillance, mais depuis le début du congé mat j’appréhende un peu le retour (bon en vérité je pense très très peu au boulot dans cette période heureusement) car les signaux ne sont pas très encourageants…comme toi j’ai l’impression qu’on sur-anticipe mes choix d’organisation et que de fait ça met en retrait des gros projets et responsabilités « ah ben non les déplacements ça va pas être très pratique je vais te représenter à ce gros séminaire à Paris que tu as préparé pendant des mois » grrrr « on va faire un dernier point à 18h, mais on comprendrait si tu ne pouvais pas venir » re-grrrr
    D’autant qu »on s’est organisé niveau mode de garde pour que ce ne soit pas sur moi que repose le « récupérage du soir » chez la nounou…
    Ces soit-disants petites attentions sont des moyens détournés, conscients ou inconscients de te faire comprendre que ta vie professionnelle ne sera plus la même, malgré tous les efforts d’organisation et de « concilation » que tu peux déployer en amont… dé-ses-pé-rant!

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Je suis tout à fait d’accord avec toi. Proposer des arrangements peut parfois être pervers, on évince ainsi la personne sous couvert de lui faciliter sa vie de famille. Je pense qu’il y a pas mal d’inconscients effectivement, un inconscient collectif qui permet de mettre de côté les gens sans que ça ne paraisse anormal. Heureusement que les mentalités évoluent, en tout cas je le vois dans d’autres sociétés.

  • Lucile
    décembre 15, 2014

    Je suis stupéfaite de ce que je lis. De la part d’une femme à une autre femme en plus !
    Incroyable. Une femme, qui choisit d’être une mère, dans ton entreprise voit donc sa carrière freinée délibérément de ce fait et ceci orchestré par une autre femme qui est mère également… Incompréhensible. Choquant. Je t’invite à faire part de cet entretien édifiant aux syndicats de ta boite pour les informer de son contenu car ça peut aider à faire bouger les mentalités. Enfin, tu parles de bienveillance et d’empathie mutuelle ? En es-tu bien sûre ? Bonne route à toi.

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Nous n’avons pas de syndicat, et même ainsi ça aurait été compliqué de faire remonter dans le sens où il s’agissait d’une conversation qui aurait presque pu être informelle, si nous n’étions pas en entretien, tant elle mêlait le privé et le pro. Je crois simplement que certaines personnes ne pensent pas à mal, qu’elles pensent différemment de nous et nous blessent sans le savoir. D’où la notion de bienveillance et d’empathie, dans le sens où il n’y a pas eu, je pense, volonté délibérée de me « casser ». Mais je pense aussi que mon chemin se fera ailleurs, tout simplement.

  • mouch
    février 6, 2015

    Je suis professeur des écoles. Le métier me plait beaucoup parce qu’il est enrichissant: on crée des séquences d’apprentissage, on découvre des peintres, des films, des livres, des expositions, des études sur les difficultés d’écriture, de lecture… Tout ça est passionnant. Souvent, les parents
    sont reconnaissants et les enfants qui progressent c’est valorisant. On se sent utile.
    Par contre, les premières années sont difficiles. On a peu de temps à soi. Vous
    serez sûrement nommée
    à titre provisoire (vous êtes sur un an dans une école et l’an d’après vous devez reformuler des vœux pour un autre poste). Peu de temps donc les premières années car chaque année vous aurez un nouveau niveau, une nouvelle école donc beaucoup de travail. Ce n’est pas non plus un métier de carrière. Vous pouvez être bien notée et finalement avancer à l’ancienneté parce que votre inspecteur/trice a du retard dans ses inspections. Les salaires sont gelés.
    Vous aurez l’avantage des vacances.
    Je vous souhaite d’avoir le concours.

    • My Chuchotis
      février 24, 2015

      Merci pour ce témoignage! Oui un métier haut en couleur avec des avantages, des inconvénients mais qui semble terriblement passionnant! 🙂 je comprends pourquoi il vous plait beaucoup.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *