Le passé n’est qu’à une page

Par mardi, novembre 11, 2014 2 No tags Permalink 0

imageQuand je vais chez mes parents, ils ressortent mes jouets de bébé. Au milieu des jeux tout neufs, mon fils a vite fait son choix et préfère mes jouets d’enfance. Il adore tourner les pages des livres d’Arthur qui ne contiennent que des dessins. Je ne sais pas s’il perçoit à quel point ces livres ont été manipulés ou aimés ou si c’est la simplicité des thèmes ou des dessins qui l’attire.

Il commente chaque page : « ballon » « biberon » « chat ». Ces livres sont vraiment faits pour lui. Adaptés à son âge et son quotidien.

image

La première fois que j’ai revu ces livres ça m’a fait le même effet que lorsqu’on entend par hasard une chanson qu’on a écouté en boucle à une période de sa vie. Ça me replonge dans mon enfance. Je me retrouve à aimer à nouveau ces images qui m’ouvrent la porte de mes souvenirs. Je tiens énormément à ces livres. Je me demande si parmi les siens, mon fils en aura qui lui donneront cette sensation, dans 28 ans.

image

Je ne sais pas si cette édition a été remise à jour. Mais je m’en fiche. Seule compte pour moi celle qui a été gribouillée, cornée, malmenée. J’aime cette sensation. Que le passé n’est qu’à une page. Qu’il suffit de la tourner pour y replonger.

image

L’illustratrice est Helen Oxenbury, son nom et ses dessins ne doivent pas vous être inconnus tant ils ont peuplés notre enfance (et nos Popi !)

Rendez-vous sur Hellocoton !
2 Comments
  • Cécé from Aix
    novembre 11, 2014

    Bonjour,

    Mes parents ont récemment retrouvé un carton entier de livres qu’ils me lisaient petite. De jolies retrouvailles littéraires que je suis contente de partager avec ma fille. Je comprends donc ce que tu ressens en tournant les pages de ce livre.

    Bonne journée

    • My Chuchotis
      novembre 12, 2014

      un carton entier, quelle chance! Elle doit être ravie et toi aussi 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *