Le tutu rose

Par vendredi, juillet 11, 2014 10 Permalink 0

10394554_10152350104409086_410514749904501160_n

J’ai fait le dos rond. J’ai laissé passer la vague. J’ai essayé de m’enfuir. Je me suis demandé où. J’ai arrêté le running. J’ai arrêté de coudre. J’ai râlé sur tout. J’ai râlé sur rien. J’ai pris plein de photos. J’ai écrit. J’ai fait de la sophro. J’ai cessé d’appeler mes amis. J’ai répondu aux textos. J’ai regardé des gens droit dans les yeux en pensant « ta gueule ». Je me suis mordue pour que les mots ne sortent pas. J’ai envoyé des cadeaux à des personnes auxquelles je tiens. Je n’ai pas beaucoup pleuré. J’ai eu la gorge tellement serrée. J’ai énormément écrit. J’ai défoncé mon budget vêtements aux soldes. J’ai acheté des jouets par milliers. J’ai demandé de l’aide à des personnes que je ne connais pas en vrai. J’ai terminé un livre par semaine. J’ai lu à m’en faire mal aux yeux. Je suis allée voir quelqu’un. Je lui ai parlé pendant une heure. Je l’ai trouvé conne. Je lui ai écrit un mail assassin. Je suis allée voir une autre personne. Je l’ai trouvé douce et gentille. Je lui ai écrit des mails pour qu’elle me conseille. J’ai mis mes mains dans mes poches pour éviter de les coller sur la figure des autres. Je me suis forcée à sourire. Je me suis entraînée devant la glace à avoir l’air normale. J’ai fermé les oreilles. J’ai cessé d’entendre. J’ai cessé de programmer. J’ai respiré les cheveux de mon bébé comme une droguée inhale la fumée. J’ai été heureuse de l’entendre rire. Je me suis inquiétée. J’ai tenté de prendre soin des gens auxquels je tiens. J’ai exigé qu’on prenne soin de moi. J’ai crié. J’ai grondé. J’ai été folle à lier. J’ai été désespérée. J’ai été pleine d’espoir. J’ai été apaisée. J’ai changé ma façon de manger. J’ai passé des nuits blanches. J’ai dormi comme un bébé. Je n’ai trouvé aucun sens à cette vie. J’ai eu peur de tout. J’ai senti mon sang se glacer simplement en regardant la télé. J’ai cessé de consulter Internet. J’ai fermement dit aux gens qui parlent sans savoir de se taire. J’ai eu envie de ne voir personne. J’ai eu envie de sortir et de faire la fête. J’ai été incroyablement en colère. J’ai construit deux projets. J’ai eu envie de faire plein de bébés. J’ai eu envie de ne plus en faire aucun. Je n’ai pas su comment exprimer cette colère.

La colère d’avoir un de ses proches malade.

J’ai été et je suis encore tellement de choses que je ne peux pas dire ici. Vous vous doutez bien.

Je profite de chaque jour. J’aime encore plus fort si c’est possible. Je suis encore plus insupportable si c’est possible.

J’ai trouvé cette photo. Elle en dit bien plus que mes mots. Accompagner les gens qu’on aime dans une maladie c’est marcher pieds nus sur la neige. C’est tenter d’être là sans y être. C’est parvenir à arracher un sourire avec un tutu rose.

Si vous lisez ce texte complètement décousu et que vous le comprenez…j’aimerais simplement vous dire que vous n’êtes pas seul. A accompagner. A ne pas savoir sur quel pied danser. C’est rien, mais rien c’est déjà quelque chose.

Crédit photo : The Tutu Poject

Rendez-vous sur Hellocoton !
10 Comments
  • malise
    juillet 15, 2014

    Je comprends ce par quoi tu passes, tout ce que tu dis. Je n’ai pas été pareil pendant, parce que je n’ai jamais réalisé je pense. Mais j’ai été pareil après, et je crois bien l’être encore. On voit les choses, les gens, différemment. ET c’est peut-être bien un cadeau, dans un sens… Je te souhaite, je cous souhaite, encore, beaucoup de courage. Je t’embrasse.

    • My Chuchotis
      juillet 15, 2014

      Merci beaucoup pour ton mot Malise. Dans ces moments-là c’est important d’avoir le retour de personnes qui ont vécu la même chose. Merci pour toutes tes pensées, je t’embrasse

  • Lexie
    juillet 15, 2014

    Je te comprends et pourtant je n’ai rien été de tout ça. J’ai vécu les choses comme un rôle et j’ai joué cette comédie dramatique comme s’il ne s’agissait pas vraiment de ma vie. Tellement que j’ai parfois du mal à me rappeler que c’était bien la réalité…

    • My Chuchotis
      juillet 15, 2014

      Je ne savais pas que tu étais aussi passée par là…effectivement on a cette impression qu’on est spectateur de quelque chose dont on a beaucoup entendu parler, mais dont on aurait jamais imaginé être touché de manière aussi proche un jour

  • Miss MLL
    juillet 15, 2014

    Comme je te comprends.
    Moi c’était avec mon Oncle.
    Il y a eu le choc de l’AVC
    Le pronostique vital engagé,
    La nouvelle personne que j’ai appris à découvrir.
    Ses progrès,
    Nos retrouvailles et quand j’ai réalisé que dans ce tonton cassé et il avait des bouts intactes qui avait gardé précieusement notre complicité.
    Puis cette terrible rechute après mon départ quand il a décidé qu’il avait achevé son chemin avec nous.
    De nouvelles larmes, des angoisses, la résignation face à sa décision.
    Maintenant c’est une nouvelle phase de progrès et de projets.
    Je me rends compte que je dois continuer à vivre.
    On a des projets de bébé qui nous tournent vers l’avenir.
    Mais quand je pense a mon avenir je me demande si mon oncle sera la.
    J’aimerai tellement qu’il puisse prendre mon bébé dans ses bras.
    En faite j’ai l’impression queon oncle est maintenant une partie de moi que je n’arrive pas à intégrer. C’est dure à vivre et ça fait du bien de voir qu’on est pas seul à le vivre. J’ai adoré la confusion de ton texte pour moi c’est limpide.

    • My Chuchotis
      juillet 16, 2014

      C’est dur à vivre, même si les projets d’avenir sont là et que comme tu le dis si bien on doit continuer à vivre. J’espère sincèrement que ton souhait se réalisera. Je t’embrasse fort

  • Virginie
    juillet 15, 2014

    Je comprends malheureusement trop…. Je passe par ces phases que tu décris si bien, et par d’autres ou je me dis que ce n’est pas ma vie…. Que ce papa si fort, si intouchable, si aimant, ne peut pas être touché par « ça »…. En écrivant ces mots j’en ai encore la gorge nouée…. Je pense fort à toi et moi aussi j’aimerai crier au monde entier « taisez vous, vous ne savez pas, puisque vous n’êtes pas « nous » ….. Bisous

    • My Chuchotis
      juillet 16, 2014

      Je ne savais pas..je pense fort à toi aussi gros bisous

  • Crapaud
    juillet 16, 2014

    Comme je te comprends. J’ai perdu mon beau-papa l’an dernier d’une crise cardiaque (il était dans ma vie depuis que j’avais 7 ans, le second mari de ma maman, comme un 2ème papa pour moi) et ça a été si brutal. Même si la maladie c’est encore différent, il y a l’espoir, les rechutes, les déceptions, la personne qui se dégrade (ou pas)… Je me pose tellement de questions depuis sa disparition, et ma maman qui ne se remet pas :-/ Je n’ai pas fait d’article sur ça sur mon blog, ça fait 1 an mais c’est encore tellement « récent ». Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve…

    • My Chuchotis
      juillet 17, 2014

      Je te comprends, il doit falloir beaucoup de temps pour mettre des mots sur tout ça. Bon courage à toi aussi, vraiment.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *