Les grosses gouttes

Par mercredi, octobre 8, 2014 2 , , , , Permalink 0

photo (8)Je n’aime pas l’automne. Les feuilles qui tombent, la pluie, les prémices de l’hiver. La peur de toutes ces maladies qui n’attendent que la promiscuité pour nous attaquer, du métro bondé de parapluies dégoulinants et les visages gris. Je sais qu’en hiver j’ai tendance à être plus angoissée. Un problème peut vite devenir une toile d’araignée que je rumine seule sur mon canapé.

C’est fou comme mon humeur peut dépendre d’un rayon de soleil.

Je n’aime pas cette saison alors que je sais pertinemment qu’elle a plein de choses à nous apporter. Une fois de plus à Paris j’ai du mal à les voir, ces choses. Il me semble que descendre une piste enneigée, enfiler des grosses bottes pour une promenade en forêt ou savourer un thé brûlant sur un rocking chair, un plaid sur les genoux dans mon futur jardin serait le summum de la perfection (oui j’imagine un jour vivre dans un film américain).

Alors je pense au marché de Noël des Champs Elysées, aux vitrines magiques des Galeries Lafayettes, à la balade aux Tuileries désertées avec les joues rougies par le froid, au Moka Grande que je vais savourer chez Starbucks, à mon cocon d’appartement et au plaid chaud et moelleux qui me tient compagnie le soir avec un bon bouquin et un verre de vin.

Je sais que j’ai de la chance de vivre à Paris. Je sais aussi que je ne vois plus cette chance, car les aigris m’ont contaminée. Le gris m’a recoloriée. Je sais aussi qu’il faut que j’en profite. Car c’est mon dernier hiver à Paris.

Hier soir il n’y avait personne au parc. Pas un enfant, sauf le mien. J’ai fait celle qui ne voyait pas les gros nuages. Ne sentait pas le vent se lever. Mon fils lui, ne les voyait réellement pas et continuait à jouer tranquillement, à descendre du toboggan, à faire rouler les marrons par terre. J’ai attendu les premières gouttes pour me décider à quitter ce lieu désertique et pour une fois silencieux, différent et tellement apaisant.

De grosses gouttes qui sont venues me frapper le visage. Si énormes qu’elles mouillent tout en quelques secondes. Je n’avais pas de parapluie, pas de vêtement imperméable. Juste l’habillage de pluie pour petit habitant de poussette bien à l’abri. J’ai couru jusqu’à chez moi, pour le plaisir de courir sous la pluie et de faire rire mon fils. On a répété ensemble « puie ! puie ! ». J’étais trempée. On est rentrés, on a mis la musique et on a pris un bon bain chaud, tous les deux. Avec beaucoup de savon et plein de jeux dedans.

Je me suis rappelée de la phrase d’une copine, il y a très longtemps alors que je râlais sous la pluie. Elle m’avait dit « on n’est pas en sucre ».

Alors oui l’hiver arrive. Mais il va falloir s’atteler à en voir les bons côtés.

Rendez-vous sur Hellocoton !
2 Comments
  • Lexie
    octobre 8, 2014

    C’est pas trop mon truc la pluie non plus. L’automne oui car ici il est magnifique, mais la pluie… Elle se fait rageante depuis ce matin ici aussi 🙂 (Et je n’ai pas d’habit de pluie sur la poussette……….)

  • Sonia
    octobre 9, 2014

    Assez étrangement j’aime l’automne, les premières fraîcheurs, je n’aime pas les journées d’été que je trouve souvent trop chaudes! En été j’aime les soirées et la tombée de la nuit. En automne j’aime le petit matin frais, j’aime l’entre chien et loup où les réverbères s’allument, j’aime mes vêtements d’automne (c’est bête mais j’ai plaisir a ressortir robes, jupes collants, vestes d’entre deux…). Chaque week end bien occupé (à l’extérieur ou non) me semble comme un instant volé à l’hivers! Chaque jour ou il ne pleut pas en fait! La pluie je ne l’aime que lorsque je suis bien au chaud à la regarder tomber, lumière éteinte ou tamisée.

Répondre à Sonia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *