L’insouciance

Par lundi, janvier 12, 2015 0 Permalink 0

Capture1

J’ai voulu écrire sur cette semaine folle. Mais je n’ai pas pu. Je ne voyais pas ce que je pouvais dire de plus. Quels mots justes traduiraient les sentiments qui m’ont parcourue pendant ces quelques jours. J’avais déjà lu à différents endroits, sur les réseaux sociaux, dans des articles, les mots des autres et je n’avais rien d’autre à ajouter. Rien de nouveau à écrire. Et puis il y aurait tant à dire.

Je n’avais pas  envie d’écrire sur un faux courage que je n’ai pas, moi dont la boule au ventre ne m’a pas quittée dans le bus parisien, chaque  matin de cette fin de semaine passée. Ni d’écrire avec un optimisme  forcé, sur la solidarité et l’euphorie de l’instant. Ni avec un pessimisme  aigri sur les lendemains qui vont déchanter, sur les avis nauséabonds qui tentent de s’exprimer. Ni sur la peine qui je pense a été unanimement partagée.

Comme vous tous, j’ai la gueule de bois, j’ai mal au cœur et je commence cette semaine en me sentant différente.

En rentrant du travail à pied vendredi soir  j’ai vu sur un texto, puis dans l’écran de  la télé d’un bar que l’épilogue était arrivé. Juste après, j’ai croisé une maman et son fils d’environ 4 ans. Elle le questionnait sur sa journée, était très enjouée, beaucoup trop pour être sincère. Le petit garçon était triste : « maman, je n’ai pas eu la fève à l’école, tu comprends? Moi je ne l’ai jamais! »

Elle a éclaté de rire. Un rire de soulagement. Un rire avec pas beaucoup de joie dedans. Un rire d’adulte. Mais un rire quand même. Ce petit garçon dont le drame de la journée avait été cette fève manquée. Ce petit garçon, que l’école et cette maman avaient réussi à préserver de tout ce qui se jouait au moment même dans notre ville.

J’ai pensé au mien qui ne comprenait rien non plus. Que j’allais récupérer dans quelques minutes chez sa nounou. J’ai pensé à la chance qu’ils avaient. Cette forme ultime de liberté. Que j’ai perdu depuis tellement longtemps et qui est pourtant si précieuse.

Je crois que ça s’appelle l’insouciance.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *