L’œil qui brille

Par mardi, décembre 9, 2014 6 , , , , Permalink 0

CaptureJ’étais attablée devant un café noir que seuls les bars savent créer, de ceux qui font froncer le nez et dont on garde l’amertume des années. Tu étais en face de moi et tu avais les yeux brillants. Je m’en rappelle bien parce que je t’aimais bien. Et je trouvais ça vraiment dommage que tu aies l’œil qui brille, comme ça, pour une autre fille.

Je t’ai dit qu’elle était conne, prétentieuse,égoïste et pourrie gâtée. J’ai repris mon souffle et j’ai attendu que tu acquiesces. Que tu me dises que j’avais raison. Que tu plantes tes yeux dans les miens et que tu voies que moi, j’étais là.

Mais ton regard est passé à travers moi. Tu as dit une chose assez folle. Et du haut de mes 15 ans, cette phrase s’est ancrée pour toujours dans mon cerveau limbique. Plaçant la barre haute, très haute, pour les éventuels mecs qui un jour auraient la mauvaise idée de m’apprécier.

Tu m’as dit « je sais, elle a tous ces défauts, je les connais par cœur. Même eux ils ne me dérangent pas… Je l’aime pour ses défauts. »

A cet instant précis tu le pensais de toutes tes forces, même si je crois que par la suite tu as finis par la détester, en aimer d’autres, moi au passage et puis d’autres encore.

J’ai retenu ces mots parce qu’ils avaient la sincérité du chagrin. Parce que j’ai envié cette inconditionnalité offerte à ces filles sublimes qui préfèrent l’écraser d’un coup de talon. Cette adoration sans fierté, dans laquelle ne se complaisent que les mal-aimés.

Et j’ai attendu. La vraie vie m’a démontré que mes défauts à moi, bien loin d’être aimés, n’étaient pas même tolérés. Cause de disputes, de ruptures, de non-dits et de colères sourdes qu’on ressent seulement envers ceux qui ne nous aiment pas vraiment.

Et puis il y a eu une personne capable de me supporter. Je veux dire vraiment. D’apprécier les aspérités, les encoches, le contenu du fond de mes poches.

Parfois il me regarde et il a l’œil qui brille lui aussi. Mais pas pour les mêmes raisons que toi, à cette époque-là. Il me regarde être idiote, capricieuse ou tout simplement chiante. Il me dit « t’es grave » ou « t’es relou ». Et dans ses yeux y’a un sourire qui pétille.

Rendez-vous sur Hellocoton !
6 Comments
  • Miss MLL
    décembre 9, 2014

    Oui! C’est ça le véritable amour :o)
    Pas si aveugle que ça !

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Oui l’amour de la vraie vie 🙂 peut-être un peu aveugle quand même, parfois

  • Gasp
    décembre 9, 2014

    Très beau texte <3

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Merci Gaspounette! <3

  • Mamana
    décembre 10, 2014

    On est toute la « relou » de quelqu’un ^^ jolis mots. Bravo

    • My Chuchotis
      décembre 18, 2014

      Merci ^^ oui heureusement ce quelqu’un est aussi « relou », sinon ce ne serait pas équitable!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *